The Voice

As-tu déjà fait des choses en sachant que tu ne devrais pas ?

Mais vraiment VRAIMENT pas. En pleine conscience de la connerie de tes actes.

Qustion purement rhétorique parce qu’on fait tous ça.

Je m’explique.

Tu vois cette petite voix dans ta tête ? Celle qui te dit « Hmmm franchement si j’étais toi (et ça tombe bien, je suis toi !!) j’éviterais de manger cette quatrième part de brownie. T’es à deux doigts de ger-ber. »

Oui ma voix intérieure a la voix de Booba.

Ou qui se moque « T’es en jupe, tu n’as pas ni genouillère, ni casque et la dernière fois que tu as porté des roulettes, tu avais 5 ans. Est-ce vraiment une bonne idée de tester la trottinette électrique ? ».

Spoiler alert : non. Mais ça tu ne le sais que quand tu te retrouves face contre terre, l’arcade éclatée, le genou en bouillie et du sang plein la tête, entourée par 50 touristes. Et que ta première pensée est « le premier qui snappes, je le tue. »

Ou encore celle (oui elle parle beaucoup) qui te murmure « T’es sérieuse là ? Il est tout nase ce mec, il pue le mytho à 10 km, il a le QI d’une huître pas fraîche et il est maqué c’est obligé, regarde la marque blanche sur son annulaire. »

Cette voix, on la tagueule le plus souvent. Presque toujours d’ailleurs.

Cette voix on dirait une copine pas fun (ou ta mère) qui préférerait te voir bouquiner au coin du feu plutôt que de faire du saut à l’élastique.

Et tu n’as pas envie de l’écouter car elle souhaite « ton bien », « je dis ça pour toi », « moi, à ta place… ».

C’est gentil, remarque. Mais c’est chiant.

C’est tellement plus chiant qu’un épisode des Feux de l’Amour, saison 256.

Plus chiant qu’un mois d’août au bureau, dans un open-space vide.

Plus chiant qu’un match de foot de ton mec un dimanche matin sous la pluie.

Chiant comme une salle d’attente pleine et ton toubib en retard de deux heures.

Ce genre de chiant.

Qui suinte l’ennui.

Qui dégouline de déprime.

Qui te donne des envies de fuir pour ouvrir un salon de thé à Bali et ne jamais revenir.

Jamais.

Pourtant, si tu l’écoutes attentivement, si tu l’apprivoises, cette petite voix, TA voix intérieure peut t’éviter bien des emmerdes.

Ton Booba ne veut que ton bonheur, au fond.